DÉREMBOURSEMENT DE L’HOMÉOPATHIE

Déremboursement de l’Homéopathie

Déremboursement de l’Homéopathie : le SN2P s’associe à la proposition de loi visant à mettre en place un moratoire de 2 ans sur le taux de remboursement de l’homéopathie à 2 ans1.

Le SN2P s’est opposé depuis le début au déremboursement de l’homéopathie car cette décision mettra fin à la liberté de choix des patients concernant leurs thérapeutiques. Pour le SN2P, dans un système de santé libéral et égalitaire, il est inacceptable d’empêcher les patients de se soigner sans risque, dans la mesure où ce choix est encadré par un professionnel de santé.

Suite à la catastrophe sanitaire que nous traversons, il est légitime de réclamer un moratoire de deux ans sur le taux de remboursement à 15 % car le covid‑19 a entraîné des retards dans les accès aux soins et a empêché de mettre en place sereinement une information pour l’ensemble des acteurs.

Pour les patients d’abord, avec le risque que l’homéopathie soit pratiquée par des non-médecins, mais aussi le risque de développer le recours aux médicaments conventionnels iatrogènes et plus coûteux alors qu’ils pourraient être évités dans certaines situations par le recours aux médicaments homéopathiques. Pour les pharmaciens aussi, car au-delà de représenter des solutions sûres à conseiller, notamment aux femmes enceintes, aux enfants et aux personnes âgées polymédicamentées, les médicaments homéopathiques représentent une alternative pertinente pour certains troubles et symptômes (troubles musculo squelettiques, stress, anxiété et troubles du sommeil, les infections des voies aériennes supérieures …)

L’analyse du coût de l’homéopathie pour l’Assurance maladie en 2020, réalisée par le cabinet Asterès, met en lumière la neutralité financière des médicaments homéopathiques pour le régime général. En effet, le faible prix des médicaments homéopathiques (2,52 € par boîte en moyenne) et le faible taux de remboursement (15%) permettent à la franchise médicale de couvrir l’intégralité des dépenses de l’Assurance Maladie. In fine, le remboursement des médicaments homéopathiques pour les patients du régime général ne coûte rien à l’Assurance maladie.

Le passage du taux de remboursement de 30 à 15% en 2020 permet d’atteindre un équilibre qui se traduit par une neutralité pour l’assurance maladie concernant le remboursement des médicaments homéopathiques pour les patients du régime général assujettis à la franchise médicale.

Cette décision française de ne pas laisser un accès libre et sans coût à l’homéopathie n’est pas partagée au niveau mondial… et de nouvelles études en démontrent l’efficacité2.

Au total, ce sont 300 millions de patients qui se soignent par homéopathie à travers le monde.

Et pour nos voisins les plus proches, le remboursement des médicaments homéopathiques est une nécessité, comme l’Allemagne qui a décidé mi-2019 de maintenir le remboursement des médicaments homéopathiques par les caisses d’assurance3.

Comme l’homéopathie satisfait « 76 % des Français qui souhaitent le maintien du remboursement »4 ; convainc les professionnels de santé formés sur l’utilité de cette thérapeutique au côté de la médecine conventionnelle, et qu’elle est, depuis le passage au taux de remboursement à 15% , aussi peu coûteuse pour l’assurance-maladie ; le SN2P demande que ces derniers jours de l’année soient mis à profit pour accorder ce moratoire nécessaire.

Et si malheureusement le gouvernement maintenait sa décision de dérembourser, nous voulons assurer nos patients et les médecins que nous resterons mobilisés afin  que l’homéopathie puisse rester accessible au plus grand nombre.

Les pharmacies, membres du SN2P et réalisant leur homéopathie, s’engagent à maintenir un accès à tous les patients à l’homéopathie.

Nos pharmacies maintiendront l’ensemble des souches, dilutions et formes galéniques dans l’intérêt des patients. Et nous nous engageons tous ensemble à proposer une homéopathie abordable, nous proposerons des tubes granules entre 2,30 et 2,80 euros maximum et des doses entre 2,20 et 2,70 euros maximum.